"Le désir de la perfection est ce même désir qui rend chaque désir incomplet, car il n'y a aucune joie ou jouissance assez grande dans cette vie qui puisse apaiser la soif de notre âme"

Dante

Cet album a pour cadre Atlantis et l'Egypte ancienne. Une lumière tente d'être apportée sur "l'enfant du Nil"... Cette approche / réflexion n'est pas religieuse, mais mythologique et ésotérique.  De même que Moïse, nous serons tous amenés, un jour, dans notre vie, à passer Quarante jours sur le Sinaï.



L'histoire de Solon

- Est-ce toi Solon ?
- Oui Pschent, qui d'autre voudrais-tu que ce soit ?
- Tu as raison le grec, peu se soucient du vieil homme de nos jours !
- Aveugle de surcroît !
- Je me garderai bien de me moquer mon ami, il est des symboles plus faciles à lire les yeux fermés qu'ouverts... Mais assieds-toi et raconte-moi ce que le sage Sonchis t'a enseigné aujourd'hui.
- Las, j'ai scellé mes lèvres afin que ce qui est entré par mes oreilles n'aille se perdre dans le désert. Je ne puis rien te dire de la lešon du Temple.
- Tu as un coeur noble...
- Quelles étaient ces notes que tu jouais sur ta harpe peu avant que je ne t'interrompe ?
- C'est une longue histoire Solon, mais peut-être te plairait-il d'en prendre connaissance...






"Quarante jours sur le Sinaï" est en réalité un album d'un seul tenant où l'auditeur est libre, libre de suivre le chemin de Solon ou de poursuivre sa propre réflexion.


Sur la forme...

Instrumentation : batterie (et percussions), guitare basse (et stick), guitares, claviers (orgues, mellotron, moog, piano, synthétiseurs), voix (chant, incantations et choeurs), harpe, violoncelle, saxophone soprano, flûte et clarinette basse*.

Durée : L'album est symboliquement structuré en deux parties (Acte I - 36'16, Acte II - 26'42). La totalité du morceau s'étale sur 29 plages identifiant certains événements de l'histoire de Solon.

Le CD : boîtier cristal, picture disc, livret 8 pages + second livret 20 pages.

* Si vous voulez en savoir plus sur l'enregistrement du CD et sur ses exécutants, entrez ici !


Partage d'impressions...

La musique de "Quarante jours sur le Sinaï" est dense et son flot s'apparente à celui d'un fleuve d'abord bouillonant et désordonné, dont l'énergie finalement se canalise au fil de l'écoute. De manière plus prosaïque, la structure du morceau peut être shématisée suivant trois temps : un prélude, une exposition des thèmes (parfois déroutante), puis leur développement/entrelacement/renouvellement jusqu'à la conclusion (qui devient alors un nouveau prélude...). Comme parabole à cette fable musicale, n'importe quelle quête ou recherche personnelle pourrait être convoquée. Après l'orage et son lot de remise en questions vient l'apaisement et la résolution des tensions. Tous ces phénomènes sont transitoires et produisent des réponses qui ne sont jamais définitives...

Voici pour l'esprit principal de cet album. Nous n'irons pas plus loin, car comme nous l'a appris l'expérience, il est dangereux de vouloir calquer à tout prix un ressenti sur une musique ; naturellement, chaque membre de NIL entretient sa propre perception du morceau. C'est donc finalement à vous de vous approprier cet album et nous souhaitons de tout coeur que la musique vous inspire...